LaTribuneAuto

 

Restez connecté sur l’actualité automobile

 

 

Contrôle technique automobile : éviter la défaillance de l'éclairage

L'éclairage est un vecteur essentiel de la sécurité autant pour les conducteurs que pour les usagers de la route.

Les fonctions d'éclairage sont les seuls équipements de la voiture permettant de mieux voir, de mieux appréhender la route et les dangers potentiels et d'être mieux vu dans son environnement.

L'éclairage est l'une des principales défaillances au contrôle technique automobile obligeant l'automobiliste à passer une contre-visite.

La fonction éclairage/signalisation est le deuxième poste de non-conformité au contrôle technique.

Les anomalies de fonctionnement et de réglage des feux de croisement, des feux stop et des feux de position génèrent près de 8% des contre-visites. Parmi elles, près de 0,13 ont été qualifiées de critique à cause du feu stop dont aucune source lumineuse ne fonctionnait.

La hausse des contre-visites liées aux fonctions éclairage s'explique exclusivement par un niveau de contrôle plus élevé : 6 points de contrôle au lieu de 4 (les feux de brouillard et les plein phares sont désormais contrôlés) et 69 défaillances possibles dont 42 sont soumises à l'obligation de contre-visite.  

Le point de contrôle éclairage/signalisation concerne l'ensemble des sources lumineuses y compris les voyants sur le tableau de bord.

Le contrôleur technique diagnostique la présence, l'état, le fonctionnement, l'orientation des feux et la ligne de coupure.

Seuls les feux de croisement et les antibrouillards avant sont mesurés avec un réglophare (matériel normalisé).

La mesure du réglophare permet de déterminer si le faisceau est trop faible/fort ou présente un dysfonctionnement. Si du fait de la quantité ou de l'intensité du faisceau lumineux, la prise de mesure n'est pas possible, le véhicule est mis en contre-visite.

Si la ligne de coupure est visuellement bonne, la prise de mesure se fait automatiquement. Dans le cas d'une lampe mal montée, la ligne de coupure n'existe pas, il n'y a donc pas de prise de mesure. Le véhicule est mis en contre-visite.

Les autres feux sont vérifiés manuellement. L'ensemble des opérations de contrôle se fait sans démontage des blocs optiques.

Eric Houguet, 25/06/2019
   
Copyright © LaTribuneAuto.com 2021