LaTribuneAuto

 

Restez connecté sur l’actualité automobile

 

 

Le système Mild Hybrid essence réduit très légèrement la consommation

Le système Mild hybrid utilise le moteur électrique pour assister le moteur essence

Un véhicule mild hybrid (appelé aussi hybride léger) essence utilise à la fois un moteur essence et un moteur électrique afin de réduire au final très légèrement la consommation de carburant.

L'énergie générée au freinage et à la décélération est stockée dans une petite batterie 48 V.

Cette énergie est ensuite utilisée pour alimenter le moteur essence à l'allumage et au démarrage.

Le moteur électrique vient en renfort du moteur essence lors des phases de conduite les plus énergivores afin de réduire sa consommation d’essence.

Un véhicule mild hybrid essence n’est en rien comparable à un véhicule hybride essence (auto rechargeable) et encore moins à un véhicule hybride essence rechargeable.

Une voiture Mild hybrid essence utilise le moteur électrique pour assister le moteur essence.

Une voiture hybride essence a un moteur électrique et une batterie plus gros qu'une Mild Hybrid essence.

L'hybride peut alimenter la voiture en utilisant le moteur électrique sur de courtes distances et recharger sa batterie en utilisant le moteur ou par freinage régénératif.

Une voiture hybride essence rechargeable peut être rechargée en la branchant sur une borne de charge domestique ou en utilisant une borne de charge publique. Une voiture hybride essence rechargeable (Plug-in hybrid) offre une plus grande autonomie en 100% électrique grâce à une batterie et un moteur électrique plus grands.

L’appellation mild hybrid essence est à nos yeux particulièrement flatteuse par rapport à la technologie utilisée et source de confusion auprès des acheteurs.

La consommation d’un véhicule mild hybrid essence est inférieure de quelques pour cents à celle d’un moteur essence.

Il s’agit d’un moteur essence électrifié et non d’un propulseur hybride.

Le système Mild Hybrid essence dispose des mêmes spécifications qu’un moteur essence tout en affichant un rendement énergétique légèrement supérieur.

1.   Contraintes techniques (dont autonomie): aucune. L’autonomie est supérieure à 500 km sur la quasi-totalité des véhicules Mild Hybrid essence.

2.   Surcoût à l’achat : aucun.

3.   Nombre de stations-service distribuant le carburant : à fin 2018, 11 068 stations-service étaient en activité.

4.   Prix du carburant à la pompe : 1,55 euro le litre de SP95 en moyenne au mois de juillet 2021. A titre de comparaison, le Diesel est à 1,45 euro le litre.

5.   Bonus-malus à l’achat : malus à l’achat à partir de 133 g de CO2 en 2021 (50 euros). Le malus à l’achat atteint jusqu’à 30 000 euros (à partir de 219 g/km)

6.   Incitations financières à l’achat : aucune.

7.   Restrictions de circulation : Interdiction de circulation à compter de 2030 dans la métropole du Grand Paris. Interdictions de circulation non connues à ce jour dans les autres zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m).

8.   Consommation : la consommation moyenne d’un véhicule Mild Hybrid essence est inférieure de quelques pourcents à celle d’un véhicule à essence.

9.   Surcoût à l’entretien : aucun.

10. Perspective de revente en occasion : élevée.

Conclusion : L’essence est le carburant à privilégier en 2021 pour tous les usages (petits et gros rouleurs). Le système Mild Hybrid essence affiche un rendement énergétique supérieur à celui de la motorisation essence. La motorisation Mild Hybrid essence est une technologie économiquement pertinente en 2021 dans la mesure ou elle améliore le rendement du moteur essence.

Dans cet environnement règlementaire contraignant, opter pour une motorisation essence est une évidence, ne serait-ce que pour pouvoir rouler sans restriction jusqu'en 2030 dans la métropole du Grand Paris, soit sur une durée de 10 ans.

La motorisation essence a réalisé d'immenses technologiques progrès au cours des dernières années.

La consommation des véhicules Mild Hybrid essence de dernière génération est basse.

Risque associé : Les futures interdictions de circulation dans les zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m). Déjà mises en place à Paris, dans la Métropole du Grand Paris, Grenoble-Alpes-Métropole et dans la Métropole de Lyon, les zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m) ont pour objectif de réduire la pollution atmosphérique dans les zones denses les plus polluées.

Limite : Les gros rouleurs habitués au carburant Diesel constateront à l’utilisation un surcoût lié à la différence de consommation entre le Mild Hybrid essence et le Diesel.

Eric Houguet, 24/07/2021
   
Copyright © LaTribuneAuto.com 2021