LaTribuneAuto

 

Restez connecté sur l’actualité automobile

 

 

Comment attacher ses enfants en voiture?

Selon le sondage de la Prévention Routière LAB 2016, 2 enfants sur 3 sont souvent mal ou pas du tout attachés dans une voiture.

Beaucoup pensent que sur un petit trajet, proche du domicile, les risques d’accident sont nuls.

Dans les faits, à 50 km/heure, un enfant de 10 ans non ceinturé devient un projectile propulsé comme un boulet de canon d’une demi-tonne.

Les enfants doivent être transportés au moyen d’un dispositif de retenue adapté à leur âge, à leur morphologie et à leur poids, ayant fait l’objet d’une homologation européenne de sécurité. Ces dispositifs doivent être installés sur des places équipées de ceintures.

Comment attacher ses enfants en voiture?

Les conseils d'Anne Guillaume, médecin et chercheuse en biomécanique

Avant de mettre mon enfant dans le dispositif de retenue, je lui enlève tout vêtement épais pour lui éviter d’échapper à son harnais, qui ne doit pas être trop ample, en cas de choc.

Je m’assure de la bonne fixation du siège, en privilégiant le choix d’un dispositif de retenue avec un système Isofix, qui permet la fixation du siège auto ou du rehausseur par un ancrage rigide.  Il réduit par 4 les risques de mauvaises utilisations.

Je m’assure d’avoir le bon dispositif en fonction de la morphologie de l’enfant.

- Je garde un siège auto intégral dos à la route jusqu’à 15 mois et j’opte pour cette position le plus longtemps possible. Dos à la route, les risques de blessure sévères sont divisés par 5.

- Je garde un siège à harnais face route jusqu’à 21 kg ou 105 cm (selon la morphologie et la taille de l’enfant).

- Je garde le plus longtemps possible un rehausseur avec dossier. J’utilise de préférence un rehausseur avec un "guide sangle" qui pose la ceinture au bon endroit sur l’épaule.

Je m’assure d’avoir bien ajuster le harnais. Je ne dois pas pouvoir passer la main entre le corps de l’enfant et le harnais mais uniquement 2 doigts. Par ailleurs, la sangle du harnais ne doit jamais passer sous le bras.

En cas d’installation à l’avant dos à la route, je déconnecte systématiquement l’airbag.

Je n’installe pas le siège de mon enfant du côté de la route, pour éviter de l’installer et de le désinstaller au milieu de la circulation.

L'interview d'Anne Guillaume

1/ Qu’en est-il aujourd’hui de la sécurité des enfants en voiture ? Sont-ils bien attachés ?     

Les études réalisées en Europe et en France montrent que 70% des enfants sont mal attachés : 10% ne sont pas attachés, 60% sont mal retenus : dans un siège inadapté à leur morphologie ou/et le siège est mal fixé dans la voiture, d’autres encore sont mal attachés dans leur siège. Trop souvent, les parents et adultes ont tendance à penser qu’il est utile d’attacher son enfant uniquement lors des longs trajets. Or nombre d’accidents surviennent sur les trajets quotidiens. Il est important de bien installer son enfant dans le dispositif de retenue adapté pour tous les trajets.

2/ Concrètement, que va-t-il se passer, dans ces conditions, en cas de choc ?     

Si l’enfant n’est pas attaché, il va heurter à grande vitesse différentes structures rigides de la voiture ce qui va engendrer des lésions graves et voire mortelles, au niveau de la tête, du cou ou du thorax. De plus, dans un choc frontal, il aggrave les lésions de la personne qui est à l’avant en poussant violemment le dossier du siège avant lors de sa projection contre ce siège, au moment du choc. Enfin, en cas de tonneau, l’éjection hors de la voiture est fréquente avec des chances de survie minimes.

Si l’enfant est mal attaché, les risques de blessures graves sont aussi beaucoup plus grands. Par exemple, un cas fréquent est le passage des sangles du harnais sous les bras. Dans ce cas, le haut du corps de l’enfant n’est pas retenu et sa tête peut venir heurter les structures rigides du siège devant lui, le blessant gravement avec un pronostic vital engagé.

Source: Sécurité Routière

Bdn, 27/12/2017
   
Copyright © LaTribuneAuto.com 2018