LaTribuneAuto

 

L'Opel Insignia GSi embarque un moteur 2.0 litres turbo et une transmission intégrale

Le vaisseau amiral de la marque allemande se décline en version sportive GSi.

L'Opel Insignia GSi se singularise par une face avant percée d’ouïes verticales plus agressive.

L'Opel Insignia GSi embarque un moteur 2.0 litres turbo essence de 230 ch, une boîte automatique à neuf vitesses, un servofrein électrohydraulique, une suspension mécatronique FlexRide et une transmission intégrale Twinster à vecteur de couple.

Le moteur 2.0 litres turbo essence de 230 ch débite un couple maximal de 350 Nm de 1 500 à 4 000 à tr/mn.

La version sportive de l'Insignia GSi dispose d'une transmission intégrale avec vecteur de couple unique dans le segment.

En mode AWD, deux embrayages remplacent le différentiel arrière et assurent une transmission de la puissance roue par roue dans toutes les situations de conduite.

Grâce à la transmission intégrale avec vecteur de couple, l'Opel Insignia GSi est plus agile dans les courbes, offre un meilleur comportement en virage et se distingue par sa motricité optimisée.

La boîte automatique à neuf vitesses peut être actionnée par les palettes au volant pour une conduite plus active.

L’Opel Insignia GSi a été peaufinée sur la boucle nord « Nordschleife » du Nürburgring.

Avec ses réglages spécifiques, la berline Opel se révèle « collée » au bitume.

Les freins Brembo à quatre pistons (avec étriers rouges) et la direction directe ont été retravaillés.

Le servofrein électrohydraulique intégré « eBoost » est un dispositif rentrant dans le « braking by wire », le freinage électrique, qui rend superflus les modules ABS/ESP, et tous les systèmes d’assistance par dépression avec leurs cohortes de tuyaux et de pompes. Comme le vide est généré par un moteur électrique et non plus par le moteur thermique la consommation de carburant est encore réduite. La pression s’établit plus rapidement et la sensation de freinage est améliorée. Lorsque l’ABS est activé, le système « eBoost » fonctionne plus silencieusement que les systèmes de freinage conventionnels.

La suspension mécatronique FlexRide de l’Insignia GSi adapte en quelques fractions de seconde les amortisseurs et la direction.

La suspension FlexRide modifie les lois de l’accélérateur ainsi que les points de changement de vitesse de la boîte automatique à neuf rapports.

Le conducteur de la version sportive de l'Insignia peut choisir entre les modes de conduite « Standard », « Tour », « Sport » et « Compétition ».

La déclinaison sportive GSi est disponible sur la berline Grand Sport et sur le break Sports Tourer.

Eric Houguet, 09/01/2020
Copyright © LaTribuneAuto.com 2020