LaTribuneAuto

 

Les batteries électriques usagées reconfigurées pour le stockage de l'énergie

Honda travaille avec la société nouvelle d’affinage des métaux (SNAM) depuis 2013, pour assurer la traçabilité des batteries de traction de véhicules hybrides et électriques en fin de vie et les recycler selon les normes environnementales européennes en vigueur.

L'élargissement de cet accord en 2020 prévoit que la SNAM collecte les batteries de traction au lithium-ion et hybrides nickel-métal (Ni-MH) auprès du réseau de concessionnaires Honda et des installations de traitement autorisées (dans 22 pays), puis évalue leur aptitude au recyclage.

Une plateforme Internet dédiée permet aux concessionnaires Honda de demander la collecte des batteries usagées dans toute l'Europe.

La collecte des batteries de traction usagées est menée en utilisant des transports sûrs.

À leur réception, la SNAM détermine quelles batteries pourront être réutilisées dans un nouvel appareil de stockage d'énergie.

Ces batteries électriques usagées sont reconfigurées et proposées par la SNAM pour le stockage de l'énergie renouvelable dans des applications industrielles et domestiques.

Les matières premières valorisables sont extraits des batteries provenant de véhicules Honda hybrides et électriques qui ne conviennent pas à cet usage. Les matériaux collectés pourront être réintroduits dans la production de nouvelles batteries de traction.

Des procédés hydrométallurgiques permettent d'extraire et de recycler les matériaux des batteries électriques de traction en fin de vie qui ne se prêtent pas à une deuxième vie.

Lorsque les cellules de la batterie sont endommagées et inaptes à une « deuxième vie », les matériaux tels que le cobalt et le lithium sont extraits par des techniques d'hydrométallurgie mettant en œuvre la chimie aqueuse.

Ces matériaux peuvent être réutilisés dans la fabrication de batteries de traction électriques ou servir de pigments de coloration ou d'additifs dans le béton.

Les autres matériaux recyclés, notamment le cuivre, les métaux et les plastiques sont mis sur le marché en vue de leur utilisation dans un grand nombre de produits.

La SNAM est un acteur majeur de « l'économie circulaire ». C'est l'une des rares entreprises au monde à maîtriser les techniques de traitement des batteries et accumulateurs.

Eric Houguet, 16/04/2020
Copyright © LaTribuneAuto.com 2021