LaTribuneAuto

 

Bugatti relance la production à Molsheim sous des conditions strictes

La construction d'hypersportives Bugatti reprend dans l'atelier de Molsheim sous des conditions sanitaires strictes.

Après une pause forcée en raison de la pandémie de Covid-19, quelques collaborateurs Bugatti reprennent le chemin de l’usine principale située en Alsace pour travailler sur les hypersportives Chiron et Divo dans le respect de mesures sanitaires strictes.

« Nous ferons tout pour que nos collaborateurs puissent travailler en toute sécurité. Lorsque c’est possible, ils pourront poursuivre le télétravail, de façon à ce que l’effectif reste réduit sur place, explique Stephan Winkelmann, Président de Bugatti. Grâce à la mise en place de mesures de protection, nous sommes désormais en mesure de reprendre la construction de nos véhicules à la main. C’est un signe encourageant pour nos équipes ainsi que pour nos clients. »

L’équipe opérationnelle de Bugatti a ardemment travaillé ces dernières semaines pour définir des règles de conduites strictes tenant compte des exigences légales édictées par le gouvernement français ainsi que des recommandations des experts internationaux.

Chaque collaborateur Bugatti se rendant à l’usine de Molsheim recevra plusieurs masques qui lui seront propres et qu’il devra porter sur l’ensemble du site de production et dans les bureaux.

Il sera également obligatoire de respecter une distance de sécurité de 1,5 mètre entre chaque collaborateur et des règles d’hygiène bien définies pour les mains.

Chaque collaborateur Bugatti sera également tenu de nettoyer minutieusement ses outils avant et après chaque utilisation.

Dans les prochaines semaines, les contacts lors de l’entrée et de la sortie de marchandises ainsi que le nombre de livraisons et de travaux de maintenance continueront à être réduits.

« J’ai bon espoir que nous ayons pris les mesures appropriées pour permettre à la production de reprendre progressivement, tout en protégeant au maximum nos collaborateurs », rajoute Stephan Winkelmann. Chaque matin, tous les employés devront également vérifier qu’ils n’ont pas de fièvre et qu’ils se sentent bien et ne présentent aucun symptôme, afin que tout le monde puisse travailler en toute sécurité. Car il n’en va pas uniquement de la santé des collaborateurs à eux seuls, mais de toute leur famille. »

Eric Houguet, 04/05/2020
Copyright © LaTribuneAuto.com 2020