LaTribuneAuto

 

La récupération d’énergie au freinage augmente l’autonomie des véhicules électriques

Certains véhicules électriques récupèrent systématiquement de l’énergie pendant les phases de décélération.

La récupération d’énergie au freinage, c’est-à-dire la récupération de l’énergie lors de la décélération, augmente l’autonomie des véhicules électriques.

La récupération d’énergie au freinage de la Volkswagen ID.4 pendant la décélération génère jusqu’à 0,13 g, proche de 0,3 g lors du freinage mais pas jusqu’à l’arrêt du véhicule.

La limite a été fixée à 0,13 g par Volkswagen, suffisamment pour entraîner une décélération clairement perceptible, mais pas assez pour donner la sensation que l’on utilise uniquement la pédale d’accélérateur pour accélérer et freiner le véhicule.

Le procédé est intentionnel: Volkswagen estime que l’utilisation intuitive et sans effort est un des principaux atouts du véhicule.

Pourtant la conduite à une seule pédale des véhicules électriques compte de nombreux adeptes de ce mode de conduite permis par l'électrification.

Freinage ou mode « roue libre » ?

Que se passe-t-il lorsque le conducteur d’un véhicule électrique retire son pied de la pédale droite pour amorcer une phase de décélération.

Le moteur électrique doit-il agir comme un générateur, convertissant l’énergie cinétique en énergie électrique ou doit-il fonctionner sans générer d’énergie électrique, de sorte que l’élan du véhicule soit utilisé pour progresser en mode « roue libre » ?

Le concept de récupération d’énergie de la Volkswagen ID.4 est basé sur le mode « roue libre ».

La progression en mode « roue libre » est prioritaire sur la Volkswagen ID.4 car toute conversion d’énergie entraîne inévitablement des pertes.

Ceci concerne la position D (Drive), c’est-à-dire le mode principal qui est automatiquement activé à chaque démarrage.

En position D, le véhicule électrique Volkswagen ID.4 progresse en mode « roue libre » dans la majorité des cas dès que le conducteur n’appuie plus sur la pédale d’accélérateur.

La fonction mode « roue libre », au cours de laquelle le conducteur retire son pied de la pédale d’accélérateur, assure une conduite "plus détendue et plus prédictive" selon Volkswagen.

Si le conducteur veut décélérer davantage, il active la pédale de frein et donc la récupération d’énergie au freinage. Pendant la majorité des manœuvres de freinage quotidiennes, c’est-à-dire jusqu’à environ 0,25 g, le moteur électrique effectue le freinage seul, tandis que le servofrein électrique n’active le système de freinage que dans les situations qui requièrent davantage de décélération.

Le passage du freinage par générateur au freinage hydraulique passe presque inaperçu grâce à un contrôle précis et rapide des systèmes d’entraînement et de freinage.

Les systèmes font en sorte que les roues arrière, qui sont en charge de la récupération d’énergie au freinage, offrent suffisamment d’adhérence.

Sur certains modèles ID.4, le conducteur peut s’appuyer sur un deuxième dispositif (en plus de la sélection du mode de conduite) pour influer sur le choix entre le mode « roue libre » et la récupération d’énergie, à savoir la sélection du profil de conduite.

Eric Houguet, 17/12/2020
Copyright © LaTribuneAuto.com 2021