La Tribune Auto, vous aider à choisir votre voiture

Les conseils de LaTribuneAuto.com pour rouler en toute sérénité

 

Démarche carte grise en ligne : focus sur les avantages et les inconvénients

Impression Télécharger article Augmentez la taille du texte Diminuez la taille du texte
Le certificat d’immatriculation dénommé « carte grise » est une pièce regroupant toutes les informations relatives à un véhicule. Tout conducteur en possède une et doit en permanence l’avoir à portée de main. L’acquisition d’une carte grise se fait à l’achat d’une nouvelle voiture ou en cas de changement de propriétaire. Cette démarche s’est longtemps déroulée dans un cadre administratif.

Néanmoins, le ministère de l’intérieur a récemment mis en place un processus en ligne. Ce changement semble être motivé par la volonté de simplifier les diverses démarches et de faciliter la vie des conducteurs. Dans cet article, nous vous apportons plus de précisions sur les avantages et les inconvénients de ce choix.

Les avantages de la démarche carte grise en ligne


Les démarches de carte grise s’effectuent dorénavant en ligne. Cette modernisation du processus est pleinement bénéfique à la société. En effet, elle s’accompagne de nombreux avantages et favorise la disparition des inconvénients inhérents au processus classique. Voici une présentation des changements positifs apportés par l’adoption de la démarche carte grise en ligne.

La simplicité et l’accessibilité de cette démarche

Réaliser sa démarche carte grise en ligne est d’une simplicité enfantine. Le système a été conçu de sorte à permettre les acquisitions de carte grise, les changements de propriétaire suite à un don ou une vente, etc. Il existe des onglets différents pour chaque opération. Il suffit de se rendre sur le site portail carte-grise-en-ligne.fr et de créer un compte gratuit. Vous devez alors suivre les instructions pour débuter la procédure. Vous serez informé en temps et en heure à chaque évolution notable du dossier.

La réduction des dépenses en temps et en argent

Les démarches administratives classiques sont naturellement chronophages. Chaque jour, les agents de préfecture reçoivent des dizaines de personnes souhaitant réaliser une diversité d’opérations. Ils suivent un protocole différent selon chaque cas de figure et initient la procédure dès que possible. Malheureusement, la liste d’attente semble un peu plus interminable à chaque fois. C’est pourquoi, une fois le dossier déposé, il est de coutume d’aller en vérifier l’évolution de temps en temps. Ce système est une véritable plaie pour les citoyens et revient plutôt cher en essence sur le long terme.

Heureusement, ces tracas ont disparu avec la digitalisation. Le temps nécessaire à la réalisation de démarches en ligne est relativement court. Cela suppose une accélération de l’ensemble des démarches et une réduction du temps d’attente. En outre, pourquoi se déplacer ? Vous êtes informé de chaque étape sur votre smartphone ou votre pc. Plus besoin de se rendre inutilement à la préfecture et de dépenser de l’essence par la même occasion.

Un système bénéfique à l’environnement

Le système administratif classique nuit à l’environnement de deux façons. Premièrement, la majorité des opérations nécessite l’utilisation de documents. Les documents sont composés de feuilles qui sont elles-mêmes produites en abattant des arbres. Par conséquent, chaque document produit est synonyme d’une blessure infligée à mère Nature.

Deuxièmement, les démarches s’étalent sur des jours voire des semaines. Cela oblige les concernés à se rendre à plusieurs reprises à la préfecture, polluant ainsi l’environnement avec leurs engins. Heureusement, le passage au numérique permet d’amenuiser ces dommages.

Les fichiers présents sur un ordinateur sont un amas de codes et de données. Ils n’ont pas besoin d’un support physique pour exister. Cela signifie une diminution drastique du nombre de documents utilisés.

Par ailleurs, les personnes ayant lancé leur procédure ne seront plus obligées de se rendre à la préfecture à plusieurs reprises. Ils peuvent en contrôler l’évolution depuis leur domicile. Il suffit pour cela de se rendre sur la plateforme dédiée aux démarches carte grise en ligne.

Un support total d’un point de vue légal

Beaucoup s’interrogent sur la légalité de la démarche carte grise en ligne. Il faut dire que les changements de certificat d’immatriculation se sont longtemps déroulés par l’intermédiaire des guichets de préfecture. L’opération était purement physique et basée sur une interaction directe avec l’administration. Par conséquent, un passage aussi brusque au numérique peut amener les moins bien informés à imaginer le pire.

Sachez que le passage du physique au numérique est une décision émanant directement du ministère de l’intérieur. Dans l’article 1er de l’arrêté du 9 février 2009 disponible sur https://immatriculation.ants.gouv.fr, il se montre clair concernant les nouvelles modalités d’immatriculation. Celui-ci a donc affirmé sa position et n’a laissé place à aucune forme d’ambiguïté. Il a également interdit l’utilisation des guichets de préfecture pour ce type d’opération.

Les inconvénients des démarches carte grise en ligne

L’administration est une machine bien huilée. Son fonctionnement s’est basé sur l’utilisation de papiers et de stylos pendant des décennies. Il est donc logique que la transition au numérique soit source de légers désagréments sur certains plans. Voici les principaux inconvénients liés à la digitalisation de la démarche carte grise.

L’absence d’interactions directes


C’est le premier reproche subi par la démarche carte grise en ligne. L’ancien système favorisait le contact humain, les interactions. Rencontrer l’intéressé face à face permettait de poser ses questions plus facilement, de bénéficier de ses éclaircissements. C’était un plus non négligeable considérant la fréquence de cette opération.

Par ailleurs, le sens pratique mis à part, il y a une part de sentimentalisme qui entre naturellement en jeu. Il faut dire que passer d’une discussion brève, mais captivante avec un individu aimable aux touches froides d’un clavier peut sembler brutal. Néanmoins, tous ces reproches restent mineurs.

Les indications et informations nécessaires au bon déroulement de la démarche sont d’or et déjà disponibles en ligne. Par ailleurs, il existe un service client efficace et toujours prêt à clarifier les incompréhensions. Au final, le système ne s’est pas déshumanisé. Il s’est contenté d’évoluer.

Les difficultés rencontrées par les débutants en informatique


Internet a fini par s’imposer au point où la technophilie est devenue la norme. Néanmoins, une part non négligeable de la population semble ne pas s’y intéresser. Ce sont majoritairement des personnes âgées ou de fervents adeptes du traditionalisme. Préférant clairement la démarche précédente, elles ont du mal à s’adapter au système nouvellement mis en place. Cette incompatibilité avec l’informatique est fortement problématique.

Le ministère, déterminé à maintenir son nouveau système, a trouvé une alternative. Il met à la disposition de la population des agents chargés d’assister les personnes rencontrant des difficultés avec leur démarche carte grise en ligne. La prestation est gratuite et accessible à tous.

Il existe également des privés reconnus par l’État et proposant leur aide. Ils s’occupent de l’ensemble des démarches et demandent rémunération en échange. Les tarifs sont raisonnables et cela vous évite de devoir vous charger personnellement de la paperasse. Attention néanmoins à ne pas les confondre avec les escrocs et autres individus mal intentionnés.

La naissance d’une nouvelle forme d’arnaque


Le passage au numérique a entraîné la création d’un nouveau type d’escroquerie. Les arnaqueurs, conscients des difficultés de certaines personnes avec Internet, créent des pages similaires à celles de la plateforme gouvernementale. Leur but est d’attirer les clients et de collecter les frais liés à la procédure. Bien que cette technique semble simplette, elle se révèle en pratique terriblement efficace.

Pour différencier les faux sites de l’original, il faut faire attention à certains détails. En premier lieu, les sites d’amateurs regorgent de fautes d’orthographe. C’est la preuve d’un manque de professionnalisme et d’un travail bâclé.

Ensuite, les références et informations propres aux institutions gouvernementales sont absentes. Les arnaqueurs n’ont pas les moyens de se les procurer. Copier les données du site original n’est également pas une option viable puisqu’ils se feraient dénoncer.

Enfin, il est conseillé de se focaliser sur l’extension. Il est impossible pour un arnaqueur d’avoir accès à l’extension « gouv ». Les plus futés se rabattent sur le « fr » et incluent juste « gouv » dans le nom de domaine. Mais la différence reste flagrante au final.

Chaque citoyen a l’obligation morale de dénoncer ces sites web dès qu’il en croise un. Ils constituent un fléau et sont à l’origine de l’aversion injustifiée de la population pour la digitalisation. Si tout le monde participe, les autorités compétentes seront donc capables de faire efficacement face à la situation.

 


22/11/2021
   
 

Démarches administratives

 

• Démarche carte grise en ligne : focus sur les avantages et les inconvénients

• Le certificat de cession permet de justifier le transfert de propriété du véhicule

• La demande de certificat d'immatriculation d'un véhicule s'effectue uniquement en ligne

• Acheter une voiture : quelles sont les pièces nécessaires à fournir et les démarches à effectuer ?

• Le changement de titulaire de la carte grise s'effectue sur internet

• Dans quels cas faire une demande de duplicata du permis de conduire ?

• La démarche d'obtention du certificat d'immatriculation s'effectue en ligne


Voir les autres thèmes
 
 
Forums Participez aux forums
Avis Accédez aux avis
Newsletter Abonnez-vous à la newsletter
Shopping Contactez nos partenaires
Lexique automobile Consultez le lexique automobile
Annonces automobiles Déposez gratuitement votre annonce

 

Rechercher sur LaTribuneAuto.com

 

VOTRE VOITURE NEUVE JUSQU'À -44%

Achetez votre voiture avec une remise jusqu'à -44%.

 

 

Conseil : Nos conseils pour acheter une voiture électrique

 

 

 

 

RSS Flux RSS  l  Qui sommes-nous  l  Lexique  l  Aide en ligne  l  Mentions légales  l  Contact  l  Annonceurs  l  Médias  l  Constructeurs  l  Ethique  l  Vie privée  l  Cookies  l  Rédacteur  l  Recrutement  l  Partenaires  l  Web agency

Copyright © LaTribuneAuto.com 2021

 

Abarth, Aiways, Alfa Romeo, Alpine, Aston Martin, Audi, Bentley, Bmw, Bmwi, Bollore, Bugatti, Cadillac, Chevrolet, Chrysler, Citroen, Corvette, Cupra, Dacia, Daewoo, Daihatsu, Dodge, Ds, Ferrari, Fiat, Fisker, Ford, Honda, Hummer, Hyundai, Infiniti, Isuzu, Jaguar, Jeep, Kia, Lada, Lamborghini, Lancia, Land Rover, Lexus, Lotus, Maserati, Maybach, Mazda, Mclaren, Mercedes, Mg, Mini, Mitsubishi, Nissan, Opel, Peugeot, Pgo, Porsche, Renault, Rolls Royce, Rover, Saab, Santana, Seat, Seres, Skoda, Smart, Ssangyong, Subaru, Suzuki, Tesla, Toyota, Volkswagen, Volvo